Numéro 15 - 1991

Résumé

Population et société monégasques sont de nouveau analysées à travers un article très vaste, s’appuyant sur un document original et unique. L’épaisseur spirituelle de cette même société est illustrée par l’exemple de la confrérie des Pénitents Blancs dans une autre étude. La princesse Marie de Lorraine permet également d’élargir encore notre vision de cette époque, tandis que, pour le XIXe siècle, on retrouve les personnages de Nietzche et de Wagner et l’opéra de Monte-Carlo.

LES PENITENTS BLANCS DE MONACO ET LEURS CHAPELLES

Article du Numéro 15 - 1991 - LES PENITENTS BLANCS DE MONACO ET LEURS CHAPELLES

L’article retrace l’histoire de la confrérie des Pénitents blancs à Monaco, depuis leur origine aux XIIIe et XIVe siècles, jusqu’à leur disparition pendant la période révolutionnaire à la fin du XVIIIe siècle. L’auteur évoque également les fêtes, les cérémonies, les offices et les coutumes liés à la fonction des Pénitent blancs ainsi que les chapelles qui leur était dédiées.

LES PENITENTS BLANCS DE MONACO ET LEURS CHAPELLES - 1991

Louis BAUDOIN
Résumé

L’article retrace l’histoire de la confrérie des Pénitents blancs à Monaco, depuis leur origine aux XIIIe et XIVe siècles, jusqu’à leur disparition pendant la période révolutionnaire à la fin du XVIIIe siècle. L’auteur évoque également les fêtes, les cérémonies, les offices et les coutumes liés à la fonction des Pénitent blancs ainsi que les chapelles qui leur était dédiées.

NIETZSCHE ET WAGNER

Article du Numéro 15 - 1991 - NIETZSCHE ET WAGNER

À la fin du XIXe siècle, Nietzsche, grand amateur de musique, se rend fréquemment à Nice pour la saison d’hiver et apprécie assister à des concerts à Monte-Carlo. Alors que sa relation avec Wagner est de plus en plus orageuse, il ressent un profond bouleversement à l’écoute du prélude de Parsifal, lors d’un concert classique donné en décembre 1886. Cet épisode marque pourtant une étape, celle de la redécouverte de la musique française et italienne, plus légère que la gravité wagnérienne.

NIETZSCHE ET WAGNER - 1991

Mireille DUPONTHIEUX
Résumé

À la fin du XIXe siècle, Nietzsche, grand amateur de musique, se rend fréquemment à Nice pour la saison d’hiver et apprécie assister à des concerts à Monte-Carlo. Alors que sa relation avec Wagner est de plus en plus orageuse, il ressent un profond bouleversement à l’écoute du prélude de Parsifal, lors d’un concert classique donné en décembre 1886. Cet épisode marque pourtant une étape, celle de la redécouverte de la musique française et italienne, plus légère que la gravité wagnérienne.

 

PARSIFAL AU THÉÂTRE DE MONTE-CARLO

Article du Numéro 15 - 1991 - PARSIFAL AU THÉÂTRE DE MONTE-CARLO

Au début du XXe siècle, le grand rêve de Raoul Gunsbourg, directeur du Théâtre de Monte-Carlo de 1893 à 1951, est la création de Parsifal, de Wagner. Ce projet s’annonce compliqué car le compositeur a assuré l’exclusivité de sa partition à son théâtre de Bayreuth pour une période de trente années après sa mort, soit jusqu’au 1er janvier 1914. Gunsbourg réalise son rêve en janvier 1914 sur la scène de Monte-Carlo, et obtient un grand succès public et critique.

PARSIFAL AU THÉÂTRE DE MONTE-CARLO - 1991

Georges FAVRE
Résumé

Au début du XXe siècle, le grand rêve de Raoul Gunsbourg, directeur du Théâtre de Monte-Carlo de 1893 à 1951, est la création de Parsifal, de Wagner. Ce projet s’annonce compliqué car le compositeur a assuré l’exclusivité de sa partition à son théâtre de Bayreuth pour une période de trente années après sa mort, soit jusqu’au 1er janvier 1914. Gunsbourg réalise son rêve en janvier 1914 sur la scène de Monte-Carlo, et obtient un grand succès public et critique.

LE SÉJOUR DE BANVILLE À MONACO OU LA DÉCOUVERTE DE L'EDEN

Article du Numéro 15 - 1991 - LE SÉJOUR DE BANVILLE À MONACO OU LA DÉCOUVERTE DE L'EDEN

En 1859, Théodore de Banville part pour Nice et y demeure sept mois. Il écrit plusieurs chroniques qui paraissent en feuilleton dans Le Moniteur Universel, du 7 janvier au 6 juin 1860. Ces chroniques sont ensuite rassemblées en un volume intitulé La Mer de Nice, dans lequel il consacre cinq chapitres à la Principauté de Monaco. Ces pages, au caractère lyrique, évoquent tous les aspects de la ville et de ses habitants et présentent la Principauté comme un paradis terrestre.

LE SÉJOUR DE BANVILLE À MONACO OU LA DÉCOUVERTE DE L'EDEN - 1991

Yves-Alain FAVRE
Résumé

En 1859, Théodore de Banville part pour Nice et y demeure sept mois. Il écrit plusieurs chroniques qui paraissent en feuilleton dans Le Moniteur Universel, du 7 janvier au 6 juin 1860. Ces chroniques sont ensuite rassemblées en un volume intitulé « La Mer de Nice », dans lequel il consacre cinq chapitres à la Principauté de Monaco. Ces pages, au caractère lyrique, évoquent tous les aspects de la ville et de ses habitants et présentent la Principauté comme un paradis terrestre.

POPULATION ET SOCIÉTÉ MONÉGASQUE AU XVII<sup>e</sup> SIÈCLE D'APRÈS LES STATUS ANIMARUM DE DON PACCHIERO

Article du Numéro 15 - 1991 - POPULATION ET SOCIÉTÉ MONÉGASQUE AU XVIIe SIÈCLE D'APRÈS LES STATUS ANIMARUM DE DON PACCHIERO

S’appuyant sur les Status Animarum de Don Pacchiero, qui sont des recensements de Monaco au XVIIe siècle, cette étude, avec l’aide d’outils statistiques, aborde de très nombreux aspects pouvant permettre de mieux appréhender la nature de la population de Monaco au XVIIe siècle : pyramide des âges, espérance de vie, catégories sociales, cadre familial, patronymes et prénoms, statuts des étrangers, mouvements de population, domesticité, métiers, etc…

POPULATION ET SOCIÉTÉ MONÉGASQUE AU XVIIe SIÈCLE D'APRÈS LES STATUS ANIMARUM DE DON PACCHIERO - 1991

Inès PASSET / Claude PASSET
Résumé

S’appuyant sur les Status Animarum de Don Pacchiero, qui sont des recensements de Monaco au XVIIe siècle, cette étude, avec l’aide d’outils statistiques, aborde de très nombreux aspects pouvant permettre de mieux appréhender la nature de la population de Monaco au XVIIe siècle : pyramide des âges, espérance de vie, catégories sociales, cadre familial, patronymes et prénoms, statuts des étrangers, mouvements de population, domesticité, métiers, etc…

LA PRINCESSE MARIE DE LORRAINE, TÉMOIN DE SON TEMPS

Article du Numéro 15 - 1991 - LA PRINCESSE MARIE DE LORRAINE, TÉMOIN DE SON TEMPS

Fille de Louis Ier de Lorraine, comte d’Armagnac, Marie de Lorraine épouse le prince Antoine Ier de Monaco à Versailles en 1688. La princesse ne s’entend guère avec son époux ; elle reste à Versailles où elle tient une place brillante à la Cour de France et n’apparaît que très rarement à Monaco. Elle s’éteint en 1724. À travers la vie de Marie de Lorraine, cette étude tente, entre autre, d’illustrer certains traits de son époque.

LA PRINCESSE MARIE DE LORRAINE, TÉMOIN DE SON TEMPS - 1991

Jean-Baptiste ROBERT
Résumé

Fille de Louis Ier de Lorraine, comte d’Armagnac, Marie de Lorraine épouse le prince Antoine Ier de Monaco à Versailles en 1688. La princesse ne s’entend guère avec son époux ; elle reste à Versailles où elle tient une place brillante à la Cour de France et n’apparait que très rarement à Monaco. Elle s’éteint en 1724. À travers la vie de Marie de Lorraine, cette étude tente, entre autre, d’illustrer certains traits de son époque.