Numéro 30 - 2006

Résumé

Ce numéro traverse les siècles et aborde des sujets extrêmement variés. Une étude d’histoire médiévale nous transporte au XVe sur les traces de Jean Grimaldi, fils du seigneur Lambert ; une autre s’attache à décrypter le quotidien des militaires en garnison à Monaco aux XVIIe et XVIIIe siècles ; tandis qu’une dernière se consacre au gîte et au couvert à Monaco au XIXe siècle. Enfin, la littérature est mise à l’honneur avec le prince Florestan Ier, héros involontaire de Sacha Guitry ; et la photographie, entre autres, avec Hercule Florence, Monégasque oublié qui en est pourtant l’un des instigateurs.

SI MONACO M'ÉTAIT CONTÉ... LE PRINCE FLORESTAN I<sup>er</sup> (1785-1856), HÉROS D'OPÉRETTE DE SACHA GUITRY. VIE REÉLLE, VIE TRANSFIGURÉE

Article du Numéro 30 - 2006 - SI MONACO M'ÉTAIT CONTÉ... LE PRINCE FLORESTAN Ier (1785-1856), HÉROS D'OPÉRETTE DE SACHA GUITRY. VIE REÉLLE, VIE TRANSFIGURÉE

Sacha Guitry a fait du prince Florestan Ier le héros d’une opérette. Peut-être parce qu’il représente une principauté qui a la réputation d’être elle-même une opérette ? Peut-être parce que ce souverain est connu pour avoir été féru de théâtre ? Où s’arrête la légende et où commence la réalité ? L’auteur de l’article relit l’œuvre de Sacha Guitry en la confrontant à la vérité historique, soulignant son rôle de « convoyeur de lieux communs désormais classiques ».

SI MONACO M'ÉTAIT CONTÉ... LE PRINCE FLORESTAN Ier (1785-1856), HÉROS D'OPÉRETTE DE SACHA GUITRY. VIE REÉLLE, VIE TRANSFIGURÉE - 2006

Thomas FOUILLERON
Résumé

Sacha Guitry a fait du prince Florestan Ier le héros d’une opérette. Peut-être parce qu’il représente une principauté qui a la réputation d’être elle-même une opérette ? Peut-être parce que ce souverain est connu pour avoir été féru de théâtre ? Où s’arrête la légende et où commence la réalité ? L’auteur de l’article relit l’œuvre de Sacha Guitry en la confrontant à la vérité historique, soulignant son rôle de « convoyeur de lieux communs désormais classiques ».

LE GÎTE ET LE COUVERT À MONACO AU XIX<sup>e</sup> SIÈCLE

Article du Numéro 30 - 2006 - LE GÎTE ET LE COUVERT À MONACO AU XIXe SIÈCLE

L’hôtellerie en principauté remonte au XVIIe siècle ; mais son développement ne se fait que dans la seconde moitié du XIXe, lorsque les moyens terrestres, en particulier avec le train, et maritimes s’améliorèrent. Déjà, ils se multiplient sur le Rocher. Mais c’est la ville nouvelle de Monte-Carlo, voulue par Charles III, que la Société des Bains de Mer s’emploie dès lors à doter d’un confort d’autant plus attractif qu’un casino s’y installe définitivement.

LE GÎTE ET LE COUVERT À MONACO AU XIXe SIÈCLE - 2006

Thérèse GHIZZI / Robert FILLON
Résumé

L’hôtellerie en principauté remonte au XVIIe siècle ; mais son développement ne se fait que dans la seconde moitié du XIXe, lorsque les moyens terrestres, en particulier avec le train, et maritimes s’améliorèrent. Déjà, ils se multiplient sur le Rocher. Mais c’est la ville nouvelle de Monte-Carlo, voulue par Charles III, que la Société des Bains de Mer s’emploie dès lors à doter d’un confort d’autant plus attractif qu’un casino s’y installe définitivement.

JEAN GRIMALDI, DIX-HUIT ANS, PORTE-PAROLE DE SON PÈRE LAMBERT AUPRÈS DU ROI CHARLES VIII. MAI 1486

Article du Numéro 30 - 2006 - JEAN GRIMALDI, DIX-HUIT ANS, PORTE-PAROLE DE SON PÈRE LAMBERT AUPRÈS DU ROI CHARLES VIII. MAI 1486

À l’occasion de son mariage avec Antoinette de Savoie, Jean Grimaldi, qui se rend à la Cour de France pour la rencontrer, est sollicité par son père pour mener à bien certaines requêtes, au demeurant fort délicates pour un jeune homme de 18 ans. Cet article est prétexte à se replonger dans l’univers médiéval, où la seigneurie de Monaco doit lutter contre son voisin savoyard et d’autres seigneuries qui lui disputent son territoire.

JEAN GRIMALDI, DIX-HUIT ANS, PORTE-PAROLE DE SON PÈRE LAMBERT AUPRÈS DU ROI CHARLES VIII. MAI 1486 - 2006

Inès IGIER-PASSET
Résumé

À l’occasion de son mariage avec Antoinette de Savoie, Jean Grimaldi, qui se rend à la Cour de France pour la rencontrer, est sollicité par son père pour mener à bien certaines requêtes, au demeurant fort délicate pour un jeune homme de 18 ans. Cet article est prétexte à se replonger dans l’univers médiéval, où la seigneurie de Monaco doit lutter contre son voisin savoyard et d’autres seigneuries qui lui disputent son territoire.

DE MONACO AU BRÉSIL : HERCULE FLORENCE, VOYAGEUR ET INVENTEUR OUBLIÉ

Article du Numéro 30 - 2006 - DE MONACO AU BRÉSIL : HERCULE FLORENCE, VOYAGEUR ET INVENTEUR OUBLIÉ

Hercule Florence naît en 1804, à Nice, de mère monégasque. Assoiffé de grands espaces et de découvertes, il migre, vingt ans plus tard, au Brésil, où il devient dessinateur d’une expédition scientifique. Mais son histoire est d’autant plus intéressante qu’il se révèle un inventeur de génie : zoophonie, polygraphie, mais surtout, il met au point, en août 1833, le principe fondateur de la photographie. D’ailleurs, même si son nom n’a pas été retenu par la postérité, il est le premier à employer ce mot.

DE MONACO AU BRÉSIL : HERCULE FLORENCE, VOYAGEUR ET INVENTEUR OUBLIÉ - 2006

William LURET
Résumé

Hercule Florence nait en 1804, à Nice, de mère monégasque. Assoiffé de grands espaces et de découvertes, il migre, vingt ans plus tard, au Brésil, où il devient dessinateur d’une expédition scientifique. Mais son histoire est d’autant plus intéressante qu’il se révèle un inventeur de génie : zoophonie, polygraphie, mais surtout, il met au point, en août 1833, le principe fondateur de la photographie. D’ailleurs, même si son nom n’a pas été retenu par la postérité, il est le premier à employer ce mot.

VILLE DE GARNISON : VILLE D'INTÉGRATION ? LES MILITAIRES ET MONACO AUX XVII<sup>e</sup> ET XVIII<sup>e</sup> SIÈCLES

Article du Numéro 30 - 2006 - VILLE DE GARNISON : VILLE D'INTÉGRATION ? LES MILITAIRES ET MONACO AUX XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES

Si Monaco est une ville de garnison à partir de 1605, cet article se concentre sur les militaires français qui remplacent les espagnols après 1641. Ils apportent du sang neuf à la population locale, offrent à certains civils une force de travail supplémentaire, les font bénéficier de leur propre personnel de santé, et sont également à l’origine d’un trafic de denrées profitable à tous. Mais cette cohabitation est également source de rixes et autres tracas. Dans ce cas, peut-on parler d’intégration ?

VILLE DE GARNISON : VILLE D'INTÉGRATION ? LES MILITAIRES ET MONACO AUX XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES - 2006

Olivia NOAT-ANTONI
Résumé

Si Monaco est une ville de garnison à partir de 1605, cet article se concentre sur les militaires français qui remplacent les espagnols après 1641. Ils apportent du sang neuf à la population locale, offrent à certains civils une force de travail supplémentaire, les font bénéficier de leur propre personnel de santé, et sont également à l’origine d’un trafic de denrées profitable à tous. Mais cette cohabitation est également source de rixes et autres tracas. Dans ce cas, peut-on parler d’intégration ?